• Marc Hatzfeld

Juste pour voir comment ça fait


La video a été vue plus de quatre millions de fois. Elle a bouleversé la plupart des visiteurs qui en restent sidérés. Un commentaire attrapé à la volée : a-t-on déjà vu quelque chose comme ça en France? A quoi je réponds : pas à cette échelle depuis la guerre, mais quotidiennement dans nos banlieues de béton vertical. Tous les jours. L'interpellation tutoyée, la fouille au corps, bras levés sur la voiture et gare à toi si tu bouges, connard. Les courses poursuite contre trois gosses pour un soupçon de shit au fond de la poche ou une vérification de plus, tous les habitants des cités connaissent. Le pied d'un robocop dans la porte à six heures du mat pour juste vérifier si il est là Kevin, vous devez bien savoir où il est, non? ça, tout le monde n'y a pas droit, seulement les cités les plus pourries, mais beaucoup d'histoires circulent. La vraie peur de l'Etat est que la banlieue s'enflamme derrière les gilets jaunes. Il fait tout pour. L'humiliation maximale de gamins de quinze ans est une vieille pratique policière, décriée par tous les ministres de l'intérieur, mais aussitôt couverte. Vous avez vu des policiers courser les lycéens place du Capitole à Toulouse ou dans les rues du vieux Lille, vous ? Et ceux de Jeanson de Sailly, vous croyez que leurs poches ne sentent pas la résine? Agenouillés et les mains sur la tête, c'est réservé aux Indigènes, aux bougnoules, aux Bamboula. On donne des leçons de droits de l'homme au monde entier et on adopte les gestes du colonialisme à la Conrad. On appelle au calme et on boute le feu. Pas un mot d'excuse au nom de la République réduite à la panique, pas une nuance d'embarras vis-à-vis de l'enfance. Vous auriez laissé faire ça à vos enfants, vous? Qui ne hurle pas sa colère est complice de pareille attitude. Ah, vous aviez autre chose à penser? Ah bon. La honte des policiers circule sur les écrans du monde entier. Je ne suis pas de ceux qui accusent la police de tous les maux. J'ai tendance à considérer qu'il s'agit d'un grand métier qui fait écho à Polis, politesse, politique. Mais si ces hommes ont agi de la sorte, c'est parce qu'ils se savaient impunissables. Oui, ils étaient épuisés, vannés, eux-mêmes humiliés. Mais allez voir ce que l'on fait du contexte explicatif au tribunal de Bobigny ou à celui de Nanterre quand un gamin s'est affolé devant une voiture qui le coursait toutes sirènes hurlantes. Certains ne sont pas des anges, loin de là, mais ce traitement n'aidera personne et en rien. Sans parler de la façon dont la Chancellerie projette de réformer l'ordonnance du 2 février 1945 sur l'enfance délinquante pour en faire une machine anti-jeunes. Vous connaissez le Val Fourré? Allez y faire un tour. Allez y prendre un brik à l'œuf dans l'un des estaminets qui font face à la mairie annexe, allez y engager conversation sur l'écologie, la place des femmes ou les réfugiés. Demandez-vous si vos enfants à vous ne s'insurgeraient pas face à ce foutoir institué. Et puis, dans le silence de chez vous, pendant que personne ne vous regarde, essayez de vous mettre à genoux et les mains sur la nuque, juste pour voir, juste une fois.

#Violence #Politique

0 vue

© Marc Hatzfeld 2018